Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Octobre 2008, n°4

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

People

Donc, une vraie menace !

Donc! Quel nom étrange pour un journal de presse people. Guère plus étrange que la moyenne cependant. En vérité, tout donne l'apparence d'un journal anodin: des photos, des titres vendeurs et un prix élevé (surtout pour quelque chose de gratuit). Rien ne semble choquer au premier abord.

Pour comprendre notre affaire, il faut se rendre dans la petite ville Netocity. Flânez un peu dans les ruelles anciennes et entrez dans un bar ancien. Si la chance vous sourit, vous pourrez rencontrer un créateur habitué. Quant à nous, ce fut un vrai miracle. En effet, si nous n'avons pas rencontré un créateur, nous nous sommes retrouvés nez à bec avec un certain volatile plumé dont nous tairons le nom par pure conscience professionnelle. Tout ce que nous pouvons vous dire est que cette personne de petite taille et à l'air complètement paumé a été victime des journalistes de Donc. Quelques verres de calva grenadine glacée l'ont convaincu de nous dévoiler son lourd secret.

«J'ai été abordé par un journaliste de ce magazine. Ce dont je me souviens c'est qu'il était bien habillé. Vraiment classe et pas donné apparemment. C'est la coupe de son costume qui m'a fait penser ça... Mais il avait quand même un truc bizarre. Au début, je n'ai pas su dire quoi mais je crois que c'était son haut de forme qui semblait louche. On a un peu parlé. Il voulait que je lui parle de notre tentative de révolution unixienne sur Netophonix. Puis à un moment, il a fait des trucs bizarres avec la main. Puis après ça, le trou noir... Tout ce dont je me souviens, c'est que je me suis réveillé au petit matin avec un fort mal au crâne devant le bistrot et une marque de pompes à l'arrière train...»

Ainsi, cette discussion est une preuve des méthodes contestables de ces soit disant journalistes. La déontologie est bafouée et toute la profession est traînée dans la poussière : lorsque l'on soudoie un renseignement, il faut toujours payer les consommations.

Nous avions les preuves, mais il nous fallait encore connaître le mobile. Ainsi, nous nous sommes postés devant le bureau du journal dans la bourgade de Magoyondville. Après plusieurs jours d'attente (nous devrions apprendre plus tard que la majorité du travail se faisait sur et par internet), nous avons pu retenir sur une solide chaise fixée au sol l'un des journalistes de Donc. Et c'est après application de notre méthode de persuasion redoutable (connue sous le nom de code Révélations-épisode-14-RdA) que nous avons pu obtenir des confidences de la plus haute importance du dénommé MimiMédic.

«Le but de notre journal est simple. Nous souhaitons contaminer un maximum de personnes à l'aide d'une technique de combat avancée. Le rire nous permettra ensuite de développer le comique dans le monde et ainsi la bonne humeur régnera sur le monde jusqu'à la nuit des temps. Pour cela, nous nous servons de méthodes imaginatoires pour créer des articles décalés au second degré plus que prononcé. Rien ne peut arrêter la procédure du rire une fois qu'elle est enclenchée. C'est pourquoi nous sommes certains du succès de notre quête.»

Lectrices et lecteurs, je vous le dis Donc! est une véritable menace ! Tout d'abord pour l'habituelle presse people sérieuse qui verrait ses revenus juteux fondre au soleil. Mais aussi pour vos zygomatiques. Alors défendez vous ! Riez avant qu'ils ne vous contrôlent tous! Riez tant qu'il est encore temps! Riez pauvres fous !


John Pleyon, Peopologue