Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Été 2008, n°3

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

Zoom sur... Le Donjon de Naheulbeuk (suite)

Critique de la saga

Le Donjon de Naheulbeuk comporte deux saisons, qui diffèrent sur certains points. C’est pourquoi la saga ne sera pas toujours traitée d’un seul bloc, mais avec des comparaisons entre les deux parties.

Tout d’abord, l’intrigue de la saison 1 se déroule exclusivement dans le donjon éponyme. Ce choix limite d’emblée les possibilités scénaristiques : il empêche le créateur de mettre en scène la diversité des situations imaginées dans la saison 2. Néanmoins, l’auteur exploite à fond le potentiel d’un tel lieu : les personnages ne sont jamais confrontés deux fois au même obstacle, et l’auditeur ne s’ennuie pas un seul instant grâce au rythme rapide des évènements. Le rythme est par contre moins soutenu dans la saison 2, mais l’originalité de l’intrigue compense ce petit défaut.

Parlons maintenant de l’humour : burlesque le plus souvent, le rire est provoqué par des situations désastreuses ou totalement absurdes ou par un comique de répétition, très présent à certains passages de la saison 1. Surtout, les personnages d’Heroïc-Fantasy sont caricaturaux à souhait (un barbare brutal, une elfe très niaise, etc...) ce qui provoque évidemment des dialogues savoureux et des disputes mémorables entre les membres du groupe. Les répliques acides fusent pour le plus grand plaisir de l’auditeur.

Le jeu d’acteur est également très réussi : la plupart des personnages sont joués par Pen of Chaos (même s'il y a quelques invités), mais les voix sont clairement différentiables. Et pour cause : la voix de certains aventuriers sont très spéciales et renforcent encore le burlesque de la saga. Celle du Nain, par exemple, convient parfaitement au personnage : teigneux et râleur. Le jeu d’acteur occupe ainsi une place centrale dans le mécanisme comique de la saga.

Enfin, la qualité sonore du début de la saison 1 est bonne, puis s’améliore pour devenir excellente. Les voix sont nettes et la musique, faite sur mesure, n’empiète pas sur les répliques. Quant aux bruitages et aux ambiances, ils sont bien utilisés et de qualité.

Pour conclure, le Donjon de Naheulbeuk est donc une saga d’excellente qualité, au succès mérité.

Son : * * * * ⋅
La technique est de plus en plus maîtrisée le long de la saison 1, et ne gêne aucunement l’auditeur. Nos oreilles apprécient.

Texte : * * * *
Le rythme est bon dans la saison 1, mais est plus lent dans la saison 2. L’originalité et les trouvailles scénaristiques compensent cependant cette légère carence.

Jeu d'acteur : * * * * *
Les personnages sont parfaitement joués, et avec entrain ! Mention spéciale pour le Nain, devenu culte.

Humour : * * * *
Les répliques font mouches, les situations sont hilarantes : une réussite indéniable !

Simontheb

Avis de la rédaction

Kak Miortvi Pengvin : * * * ⋅
Véritable monument de la sagasphère, le Donjon de Naheulbeuk bénéficie d'une très bon jeu d'acteur et d'une technique parfaite sur la saison 2. Mais certaines ficelles scénaristiques, trop usées par d'autres créateurs, ont perdu de leur originalité.

Signez : * * * *
Un incontournable, définitivement. Malheureusement, le scénario et l'humour de la première saison n'a pas que des adeptes, et si ce problème est corrigé dans la seconde qui est bien plus riche et drôle à mon oreille, il m'empêche de lui accorder une note maximale.

Spikly : * * * * ⋅
Il s'agit de la première saga que j'ai découverte. Un ami me l'a présentée lors d'un week-end jeux en réseaux. Je ne peux nier le coup de foudre que j'ai eu. Cela peut expliquer pourquoi j'ai une large préférence pour la saison 1 malgré l'évolution qualitative des épisodes de la saison 2.