Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Hiver 2016 , n°25

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

People

La journée n'avait pas été particulièrement difficile, ou éprouvante. Ni même éreintante. Je m'étais levé aux alentours de 11 heures, avant de lire les informations du jour sur les sites d'actualité. De fil en aiguille, j'avais découvert la signification du mot antonomase après un détour par les chansons de Gavroche et la page Wikipédia de Léo Malet... J'allais me renseigner sur Etienne de Silhouette quand ma porte fut toquée, elle aussi.
A travers le verre brouillé, je distinguai une ombre polycyclique. Un nain portant un menhir, un bossu penché en arrière, ou une femme. Cette dernière hypothèse semblant la plus plausible, je passai un rapide coup de paume de main sur le bureau ; un geste aussi stupide que machinal, qui ne fit qu'abimer l'impeccable pellicule de poussières qui s'était déposée avec une délicatesse inouïe pendant de longues semaines.
J'ouvris la porte. C'était une demoiselle bossue ; elle déposa son menhir sur le pas de porte.

— Je vous cherchais ! commença-t-elle. Vous êtes l'homme de la situation...

Sacrée entrée en matière. J'ignorai l'affaire qu'elle souhaitait me proposer, mais je ne pouvais déjà plus refuser.

— En q...
MacP3 a disparu ! me coupa-t-elle.
— Impossible ! Je suis dedans !
— Non, vous êtes dans MagP3, mais MacP3, le site d'actualité des sagas mp3...
— ...
— Oui, bon, bref, il a disparu !
— Eh bien, je vais le retrouver.

En général quand je suis avec un client, je planifie, il écoute, je devise, il négocie, je bougonne, il accepte, je signe, il renfloue...
Là, d'entrée de jeu, j'étais l'homme de la situation, ce qui me permettait de passer directement à la case caisse.

Dans notre bonne vieille Sagasphèrecity, on ne disparait pas comme ça. Avant de débuter mon enquête, j'avais besoin d'en savoir plus sur ce MacP3, sa vie, son œuvre, ses réseaux, ses fréquentations, ses visites, ses clients, ses petits trafics...
En ville, il n'y a pas deux lieux où on peut obtenir ce genre d'informations : il faut forcément taper dans le louche, l'odieux, le malfamé.

Contrairement à la croyance populaire, malfamé ne désigne pas un bistrot dans lequel une clientèle passablement éméchée peut à tout moment transformer un inconnu en poulet goudronné sur la place publique. Le vrai qualificatif pour ces bars est : normal.
Dans un vrai bistrot malfamé, un inconnu peut débarquer aux alentours de 21 heures, occuper 3 sièges au bar avec ses affaires, commander une petite verveine à la violette avec 2 boudoirs, et ressortir sans avoir déclenché le moindre sourire, la plus petite remarque ou le moindre lâcher de plumes. Il n'y a que dans des bistrots malfamés — aussi appelés "salon de thé" — qu'un tel comportement est accepté, car dans ces lieux terribles, chacun craint son voisin comme s'il était le pire monstre de l'univers (réaction d'autant plus normale que ce dernier déguste en fait un thé noir très infusé au fond de la salle, à l'abri des regards indiscrets).

Bref, je me renseignais sur MacP3 au péril de ma vie, en dégustant un Lipton. Rapidement, je fus aiguillé vers le compte Twitter de MacP3info...


Bon, je savais désormais quand, mais j'ignorais encore le pourquoi...
Je remontai d'autres tweets. L'histoire commença à prendre corps : Duke Niké aurait utilisé le mystérieux Cacao qui tue trouvé en Atlantide pour mettre un terme à la vie de SynopsLive, à cause de la diffusion du Choc des Zéros. Cette vengeance ne resterait pas impunie, puisque des traces d'ADN2082 auraient été retrouvées, et prises en photo par SilverSon, souhaitant organiser un concours de mini-monos pour révéler l'identité du coupable.

Il ne me restait donc plus qu'à partir à la recherche de Duke pour avoir le fin mot de cette affaire.

J'appelai la demoiselle pour lui signaler mon avancée, et lui demander une petite rallonge afin de me payer un billet d'avion.

— Ah, c'est vous, je vous avais complètement oublié !
— Vous m'avez contacté hier ! m'indignai-je, froissé dans mon inoubliabilité.
— Oui, mais c'est bon. Le site a été remis en ligne, comme avant.
— Hummm... Mais jusque quand...

Glisser quelques sous-entendus mystérieux permettait parfois de s'en sortir.
Pas là.

— Au moins jusqu'au prochain MagP3. Il parait qu'il sort bientôt.
— C'est ce qui se raconte au salon de thé.
— Normal, c'est le numéro d'été, ajouta-t-elle, amusée. Merci pour votre aide en tout cas, je n'ai plus beso...
— Il devrait paraître à l'automne, renchéris-je, souhaitant avoir le dernier mot.
— Pourquoi ? Ils sont encore en retard ?
— Non... C'est juste que ce qui fleurit tout l'été finit par tomber en automne.

MimiRyudo