Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Eté 2015 , n°24

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

Découverte : La vie secrète de Colibacille

Août 2013. C'est la dernière publication pour le feuilleton la breluche dorée (également présentée dans ce numéro). Son réalisateur Walter Proof, blogueur et auteur d'émissions en podcasts et d'autres produits divers et variés pour le compte de L'Inaudible, annonce que la production n'a pas renouvelé la série pour une seconde saison. « Pas assez de pingouins [...] », selon le communiqué officiel. Qu'à cela ne tienne ! Débarque alors en octobre 2013 le feuilleton La Vie Secrète de Colibacille, lui-même adapté du roman Eponyme, ou la vie secrète de Colibacille publié en 2012, écrit par Walter Proof lui-même, qui en signe également la réalisation audio (le roman est disponible en e-book (gratuit) ou au format papier ici). Ainsi, à l'heure où ces mots sont écrits, on peut d’ores et déjà compter une première saison composée de dix épisodes (pour une durée totale d'environ deux heures), ainsi qu'une seconde saison toujours en cours de production et de diffusion. Rien que ça.

Dans Colibacille, point de bactérie ou d'épidémie. Nous suivons les péripéties d'une aventurière et ethnologue de renom au CV long comme le bras, portant le doux nom de Colibacille Espérandieu. Cette dernière, suite à un piratage du serveur central de la multinationale tentaculaire Global Corporation, est engagée par la firme pour faire toute la lumière sur l'affaire.

Ça vous paraît simple ?
Rassurez-vous, ça ne l'est pas ! Autour de ce fort court synopsis gravite une pléthore de personnages farfelus, trempant tous plus ou moins dans cette affaire complètement loufoque. On se retrouve ainsi embarqué dans une histoire plus abracadabrantesque à chaque épisode, servie par un humour dont probablement seul Walter Proof en a le secret. Des situations cocasses, des dialogues truffés de jeux de mots et des références à gogo. De quoi rendre hilarant, pour peu que l'on y soit sensible, un scénario sans queue ni tête. Notez que si vous avez écouté La Breluche Dorée, vous aurez plaisir à y retrouver certains des protagonistes ou antagonistes. Si vous n'avez pas écouté La Breluche Dorée, pas d'inquiétude : vous ne comprendrez pas plus ce qu'il se passe que ceux qui ont écouté...

Côté casting, on ne retrouve pas moins d'une quarantaine (46 exactement selon le podcast sur la distribution) de voix différentes, dont un chien et une enfant (oui oui !). Des volontaires de tout horizon ayant répondu au casting ouvert organisé par Walter. Bien que certains interprètent avec plus ou moins de brio leurs personnages, malgré tout ils arrivent tous à rendre pleinement vivante et drôle cette aventure des plus extravagantes. Le tout étant magistralement narré par Walter Proof et sa belle voix(-off) grave.

La mise en son du feuilleton, quant à elle, est de qualité. On pourra lui reprocher quelques soucis de volume, ainsi que la distinction claire entre les micros des différents participants qui aurait méritée d'être mieux travaillée. Cependant, le montage est rythmé, la spatialisation judicieusement utilisée et la mise en scène en reste pour le moins immersive. De quoi rendre l'écoute tout à fait agréable. Sans oublier la musique originale signée par le peu commode Phaeton Bougre, qui donne à la série une identité sonore tout à fait unique.

Pour conclure, La Vie Secrète de Colibacille est un sympathique feuilleton qui ne vous demandera rien, si ce n'est de faire marcher vos zygomatiques. Alors pas de chichi, emportez votre pingouin, faites chauffer le lecteur, et lancez la lecture ! Car, comme l'a si bien dit le poète : « Il n'est de salut que dans le salut. ». Salut !

Mity, stagiaire spécialiste en torréfaction et photocopie