Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Décembre 2014 , n°23

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

Zoom Sur... Le Testament

Présentation de la saga

Le Testament

Lorsque Jean Martin apprend qu’il va hériter d’un immense château en Ecosse ayant appartenu à ses ancêtres depuis plusieurs générations, celui-ci n’est pas forcément très enthousiaste, ni à l’idée d’en être le détenteur, ni de devoir aller l’explorer, condition sine qua none pour en devenir propriétaire. Pourtant, avec l’aide de ses compagnons, il va finalement s’y rendre et rapidement découvrir que cette ancestrale demeure est le lieu de bien des secrets.

Le testament est une saga humoristique de CricOfWar, débutée en 2008, terminée en 2013 et totalisant 10 épisodes. Il s’agit de sa troisième réalisation sonore et de sa première en collaboration avec son compère Clovis. Cette saga puise son inspiration dans diverses légendes écossaises, de films et de TAPS, une émission diffusée sur la chaîne Planète No Limit présentant des enquêtes réalisées par des traqueurs de fantômes. Elle est disponible en téléchargement gratuit sur le site de CricOfWar.

Critique de la saga

C’est bien connu, le journaliste sagasphérique a besoin d’une longue période d’hibernation afin de recharger ses batteries, épuisé qu’il est d’avoir écrit un article. Cette période d’hibernation étant maintenant terminée, nous avons décidé de nous remettre au boulot dans la joie et la bonne humeur et comme vous le savez, nous avons opté pour un numéro entièrement dédié à CricOfWar...
J’ai découvert le travail de ce créateur, certainement comme beaucoup de monde, en 2009, avec Le Camping Infernal, saga d’aventure humoristique s’inspirant énormément de l’ambiance Naheulbeuk. J’avoue avoir encore une tendresse particulière pour cette saga, qui n’atteint peut être pas le niveau de grands titres tels que Reflets d’acide, mais qui m’a laissé un souvenir quasi impérissable. A l’écoute, c’était bon enfant, ça ne se prenait pas au sérieux et ça se sentait.
C’est donc tout naturellement que je me suis tourné vers Le testament avec beaucoup d'entrain : cette saga était déjà commencée à la même époque, et j'espérais retrouver un peu de cette ambiance si appréciable que distillait Le Camping Infernal. Qu’en est-il ? Le résultat vaut-il le coup ? Et bien penchons-nous un peu sur la bête...

Scénario

L'histoire est simple : Jean Martin, un retraité de l’armée, hérite d’un vieux château que l’on dit hanté. En compagnie de plusieurs personnages très atypiques (tels que Philippe Ebreux, un passionné maladif des châteaux, Francis Poinchot, un aubergiste un peu trop amoureux du camembert ou encore Malcolm Blayne, un traqueur de fantôme pas super bien préparé), Jean va commencer à explorer ce lieu... Ensemble, ils vont vivre de nombreuses péripéties, palpitantes — et somme toute improbables.
En choisissant d’installer le cœur de l’action en Ecosse, CricOfWar tente d’imprégner sa saga de cette touche de mysticisme liée aux légendes des lochs et des Highlands ; l'intention est louable et, même si ça ne fait pas toujours mouche, cette touche donne une partie de sa personnalité à la saga.
En ce qui concerne le développement de l’histoire, il y a des hauts et des bas : elle avance à son rythme, parfois un peu trop tranquillement avec des situations n’étant pas en lien avec l’intrigue principale et destinées à rajouter plusieurs gags, sympas la plupart du temps mais sans plus — des sortes de sous-quêtes si je puis dire (la plus parlante étant la rencontre avec des nazis dans une forêt magique). Néanmoins, étant donné que la saga n’est pas énormément longue (un peu moins de 2h30), ce n’est pas totalement gênant, on le pardonne ; par ailleurs, les flashbacks sont plutôt inspirés et assez comiques pour mériter leurs intégrations au milieu des épisodes. De fait, l’intrigue se dénoue petit à petit assez clairement, l’auditeur n’est pas perdu dans des explications compliquées, ce qui est plutôt une bonne chose, faut quand même le reconnaitre ! En revanche il est possible de perdre un peu le fil de l'histoire à force d'entendre des blagues qui ne rentrent pas dans l'intrigue. On ne peut pas tout avoir...

Jeu d'acteur

Tous les personnages, principaux ou seconds rôles, sont joués par CricOfWar et Clovis. Les deux acteurs ont une manière de jouer assez semblable, du coup les intonations des personnages sont souvent les mêmes et on peut avoir du mal à différencier les voix (j’ai toujours un peu de difficultés à définir qui est Francis et qui est Philippe, bien que le premier parle toujours gaiement et qu'ils sont interprétés par deux acteurs différents — et pourtant, pourtant...). Là aussi, en terme de jeu d’acteur, on trouve un peu de tout : autant l’intonation donnée à certaines phrases est superbement bien interprétée et leur donne un aspect comique du plus bel effet, autant il y a parfois une abondance de phrases qui ont l’air d’être tout simplement lues, ce qui casse un peu l’immersion.

En revanche, un point reste très sympa à entendre : cette surabondance de mauvais franglais dans presque tous les épisodes et qui donne lieu à des dialogues assez concepts. Une bonne idée bien utilisée !
En définitif, le jeu d’acteur n’est pas foncièrement mauvais ou réellement dérangeant sur le long terme ; il aurait juste pu être un petit peu plus travaillé et plusieurs répliques nécessitaient une meilleure implication.

Réalisation

Il n’y a pas grand-chose à dire en ce qui concerne la réalisation. Elle est bateau, simple et efficace, maîtrisée sans pour autant atteindre la qualité d’un David Uystpruyst. Ici, aucun pop lors d’une écoute aux enceintes, pas vraiment de saturations et une qualité de son plus qu’honorable : il s’agit tout simplement de ce que l’on demande en terme de qualité sonore. A noter les nombreuses incrustations de sons de bonne qualité tirées de films ou de sketchs qui s’imbriquent parfaitement au sein des épisodes (entendre Franck Dubosc au milieu d’un immense boxon me fait toujours rire). En bref, si vous écoutez cette saga, ce n’est pas sur le terrain de la réalisation que vous aurez de reproches à faire.
Alors que dire de cette saga en conclusion ? Si je devais conseiller une saga de CricOfWar à quelqu’un qui ne connait pas ses créations, je ne le ferais pas commencer par celle-là. Globalement, je la trouve moins loufdingue, moins bien structurée que Le Camping Infernal ; cette dernière était pourtant son œuvre précédente, mais peut-être que la collaboration avec Clovis pour l'écriture a pu jouer un rôle. Néanmoins, le Testament est loin d’être à brûler : il y a de très bons gags, de très bonnes intentions, de bonnes idées, tous les ingrédients pour faire une bonne saga humoristique... mais elle n'est pas passée assez longtemps au mixeur pour lui donner une structure fluide et sans défauts majeurs, le principal étant le jeu d’acteur. Elle est à ranger dans la catégorie de ces productions sympathiques, dont on se souvient un temps mais qu’on risque d’oublier. A écouter tout de même pour la curiosité et pour les fans du créateur (dont je fais partie).

Fox

Avis de la rédaction

Xzimnut : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile12:: ::etoile0::
Un bel hommage aux émissions sur le paranormal et aux contes et légendes qui plaira à tous les amateurs du genre, mais qui se perd parfois dans des histoires secondaires et motivations des personnages peu claires dans les derniers épisodes. On apprécie néanmoins les personnages loufoques et hauts en couleur qui parleront aux amateurs des Prêtres du Scaphandre enchanté, référence revendiquée par l'auteur.

MimiRyudo : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile12:: ::etoile0:: ::etoile0::
Le Testament est la saga de CricOfWar à laquelle j'ai le moins accroché (suivie par Elferion). L'histoire s'embourbe au fil de rebondissements finaux difficiles à comprendre, les voix sont parfois trop ressemblantes et la technique est moins bien gérée que dans les autres aventures (saturations, niveaux un peu instables entre les épisodes...)