Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Eté 2012 , n°16

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

People

Le Livre et l'Épée

"La Voix de la Colère", tome 1 de la trilogie "Le Livre et l'Epée", sera publié chez Bragelonne courant 2013. L'équipe de MagP3 ne recule devant rien et vous propose en avant-première le premier non-chapitre.

Le café du Dernier Bruit Avant Fermeture était connu dans l'univers pour l'art qu'avaient les clients d'y être tonitruants.
L'ambiance, comme à l'accoutumée, était d'une richesse sans égale. De la table du vieux Joe-Céfine venait le bruit métallique de son couteau de dix-huit centimètres, qu'il plantait et retirait à intervalles réguliers. Son projet de vie était de faire autant de cicatrices sur la table qu'il n'y en avait sur son propre et sale visage. Il était encore bien loin du compte.
Son voisin, Ton-Rough était occupé à vociférer contre la piteuse qualité du repas qui venait de lui être servi. Chaque jour à la même heure, c'était la même rengaine. Conjointement hurlaient le serveur, le patron, le cuisinier et les animaux aux alentours ; ces remarques concernant la qualité de la pitance ne devaient plus être. Toutefois, ils ne mettaient jamais l'indésirable à la porte, car à sa décharge, Ton-Rough était le seul client à continuer de manger au café du Dernier Bruit Avant Fermeture. Tous ceux qui avaient essayé avant lui n'avaient jamais eu d'autres occasions de se sustenter.

Dans cette ambiance chargée, un rot particulièrement tonitruant passa aussi inaperçu qu'un baefwish dans le Grand Canyon.
Après avoir largement fait vibrer ses cordes vocales, Dun-Cadal claqua son verre vide sur le bois du bar.
"Un autre", manda-t-il.

Le ton était sans équivoque. Un ordre sorti de la bouche, dégazéifiée, de cet homme ne pouvait être discuté. C'était sûrement à rattacher à son ancienne fonction de général de l'Empire ; et si depuis l'effondrement de ce dernier, personne ne connaissait sa véritable identité, son aura de meneur était encore bien présente. Même après avoir vidé d'une gorgée son quarante-deuxième Verre-Limaciant.
Alors qu'il s'apprêtait à reposer bruyamment son verre, une main se posa sur son épaule. Douce, féminine, jeune. Et silencieusement arrivée. Une main comme on n'en avait pas vu ni inentendue depuis des années au café du Dernier Bruit Avant Fermeture.
Derrière elle se trouvait un bras, puis un torse contre lequel étaient plaqués des dizaines de livres poussiéreux. Au-dessus de ces livres, Dun-Cadal découvrit un cou pâle et fin, sur lequel tombaient des mèches d'or.
"Je crois que vous devriez vous arrêter là", proposa la jeune femme, en lui lançant un regard maternel.
— Oh, c'est bon. Un de plus ou un de moins, rechigna Dun-Cadal, insensible aux yeux bleus de l'ange qui lui faisait face.

Il fit un signe de tête au serveur, qui signifiait qu'il s'en jetterait bien un autre au fond du gosier. La blonde fit une moue exaspérée, lâcha son bras et se retourna vers la sortie.
"Les anciennes gloires déchues, c'est d'un triste" lança-t-elle. "Moi qui voulait vous parler de l'Epée..."

Alors qu'elle s'apprêtait à franchir le seuil, au milieu du vacarme ambiant, elle entendit une voix grave et autoritaire lui demander : "comment vous savez ?"
Elle sourit, en songeant que le général avait été facilement piégeable, et se retourna.
"Je..."
Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase. A trente centimètres de sa tête se trouvait celle de Dun-Cadal. Visiblement, elle n'était pas la seule à savoir se déplacer sans bruit dans ce bar mal fâmé.

"Comment vous savez ?"
— Elena, se présenta la demoiselle en baissant les yeux, légèrement décontenancée par la carrure imposante du général. Je suis historienne.

Elle releva la tête d'un mouvement brusque, transformant ses cheveux en une ondée unique et éphémère. Dun-Cadal revit la mer des derniers combats, juste avant la chute de l'Empire. Il sortit douloureusement de sa rêverie lorsque celle-ci l'amena à penser au visage déchiré de son jeune apprenti, Grenouille.
"L'histoire, c'est bon pour le passé", lâcha le général en retournant à sa table. "Mais j'imagine qu'on vous l'a déjà appris en cours... Alors, si ce n'est ma sagesse, qu'êtes-vous venue chercher ici, mademoiselle Elena ?"
— Je suis venue pour comprendre.
— Comprendre quoi ? Mon secret pour garder la ligne ?
— Non, je cherche deux réponses que vous pourriez m'apporter. La première concerne l'Epée...
— L'Epée de l'Empereur, sourit Dun-Cadal. Ah ! Vous n'êtes pas la seule sur sa piste. Je ne sais pas ce qu'elle est devenue. Mon apprenti l'avait volée, et je crains qu'il ne l'ait emportée avec lui au cœur de la mer ténébreuse.
— Un problème de réglé. La deuxième concerne le Livre.
— Quel Livre ?
— Celui-ci.

Elena posa ses livres sur la table et montra le troisième. La couverture était si poussiéreuse que Ton-Rough la prit de loin pour un plat du café du Dernier Bruit avant Fermeture. Le général essuya la poussière avec le dos de la main et poussa un cri de stupeur en lisant le titre.
Effectivement, ça allait poser beaucoup de questions.
"Comment cryogéniser quelqu'un pendant 8000 ans : mode d'emploi ? Mais... qu'est-ce que ça veut dire ?"
— Ça, c'est à vous de me le dire, général Dun-Cadal.

MimiRyudo