Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Eté 2012 , n°16

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

Zoom sur... La Ligne

La Ligne

Présentation de la saga

Trente-et-unième siècle. A New-York, un vol d’une importance considérable va entraîner le retour de l’ex-agent Mara Ibanez dans la police de secteur d’un Paris dont l’évolution au fil des siècles laisse à désirer. L’objet du vol : la pierre Eocknen, témoignage de la toute première rencontre entre la populace humaine et une civilisation extraterrestre, les Eocknens. L’agent Ibanez a été choisie pour une bonne raison : l’une des personnes ayant perpétré le vol possédait le même faciès qu'elle, ce détail amènera les autorités à lui confier l’enquête. Elle sera assistée par un jeune équipier du nom d’Axel Melcarn. Au fil de ses recherches, elle va s’interroger sur le pourquoi du retour des Eocknens après des années de silence, va découvrir la terrifiante vérité et surtout, tenter de répondre à cette question : qu’est-ce que «La Ligne»?

La Ligne est la 3ème saga de la Wagaprod si l’on excepte Aussi loin que s’en souviennent les lilas. Elle fut diffusée sur la radio nantaise PRUN de décembre 2004 à avril 2005. Elle totalise 85 épisodes et atteint une durée de 8 heures 8 minutes 52 secondes. Notons également qu’elle remporta le Prix de la meilleure fiction radio au salon de la Radio 2005.
Enfin, La Ligne fait partie de ce très petit cercle de sagas mp3 qui bénéficient d'une parodie audio, avec Le Rail d'@now@n, LSN et Podeste (un seul épisode disponible depuis fin 2011).

Critique de la saga

En préambule (et non pas en préliminaire n’est-ce pas), commençons par un constat simple, facile, et logique : La Ligne est une saga sérieuse. Non pas que cela me dérange, mon expérience d’auditeur aguerri m’a amené à des productions du même type, pour ne pas citer Xenozis, mais il me semble utile d’en faire la précision aux lecteurs qui pourraient ne pas connaitre cette saga et pourraient penser qu’une fois encore, ils vont avoir l’occasion de s’offrir ce que dans le jargon nous appelons une franche poilade.
Bref, La Ligne m’a surpris, elle fut en effet la toute première saga de la Wagaprod que j’ai écoutée et je dois avouer que même si on m’avait souvent prévenu que c’était de la qualité, je ne m’attendais quand même pas à un tel niveau d’excellence - non je ne pense pas que le terme soit trop fort, je n’ai que trop rarement eu l’occasion de me retrouver emporté par l’histoire à ce point. Alors détaillons.

Scénario : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile12::

L’histoire se divise en 4 grandes parties, la première se nomme «Paris», la seconde «Le Caire», la troisième «Daïkhomir», tandis que la dernière se nomme sobrement «Suivre la Ligne». Chacune de ces parties correspond à un lieu dans lequel se rendent nos héros dans le but de faire avancer l’enquête (même si sur la fin il s’agit plus de la résolution). Le scénario a comme points forts des rebondissements et une intrigue complexe et prenante qui rendent le tout très agréable. Ce que je pourrais éventuellement lui reprocher, c’est justement cette complexité qui fait que si vous avez le malheur de décrocher quelques minutes, vous risquez fort d’être perdus dans les méandres des mystères de l’histoire. L'aventure suit son cours d’une manière logique jusqu’à se terminer en apothéose. Ce que j’ai pu constater en écoutant l’intégralité des productions de la Wagaprod, c’est la place toute particulière que donne Antoine Rouaud dans chacune de ses œuvres à un choix décisif et difficile impliquant régulièrement des concessions ou des sacrifices, et La Ligne n’échappe pas à cette règle. Je ne vous révélerais tout de même pas de quoi il s’agit, car spoiler c’est le maaaal !

Jeu d'acteur : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile12::

On prend les mêmes et on recommence ! Et ça porte ses fruits, les acteurs en sont à leurs troisième saga commune, et se connaissent donc bien. On remarque un jeu d’acteur fin mais peut-être parfois un chouïa trop tragique. Mais notons également l’apparition de 2 nouveaux acteurs se rajoutant à notre trio initial : Servane Guichard qui campe le rôle d’Ericksson et Dominique Souchet qui joue Justin Krieger. Se greffant aux 3 autres acteurs, ils remplissent parfaitement leurs missions. Si nous retrouvons Servane Guichard dans Eden, il semblerait en revanche que Dominique Souchet n’ait pas renouvelé l’expérience dans l’audio.

Réalisation : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0::

Une ambiance sombre a certainement dû être le maitre-mot question réalisation ; si c’est bien le cas, c’est parfaitement retranscrit. Au niveau de la prise de voix, pas grand-chose à dire, on retrouve une assez bonne qualité audio qui ne rend l’immersion que plus plaisante. En ce qui concerne le choix des musiques et des sons, il n’y a pas grand-chose à dire non plus, c’est parfaitement choisi et a pour effet de rassasier nos appétits mélomanes.

Fox

Avis de la rédaction

Misterfox : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0::
Un véritable polar futuriste (on sent l'inspiration Blade Runner) d'excellente qualité ! Une réalisation épatante, des comédiens toujours justes, et une intrigue bien ficelée. Une réussite totale ? Pas exactement. On a parfois l'impression qu'on tourne en rond, avec des dialogues pas toujours très clairs, et un rythme qui se ramollit par moments. Il faudra donc parfois réécouter avec attention certains dialogues. C'est dommage, d'autant que l'idéal dans un polar, c'est de rester accroché. Mais ne boudons pas notre plaisir : dans l'ensemble, c'est une très bonne saga, à écouter !

MimiRyudo : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile12::
On retrouve avec plaisir le trio d'acteurs des deux précédentes sagas, avec un jeu qui a progressé encore au fil des ans. Ils campent ici avec brio (un trio-brio) des personnages toujours plus creusés, jetés au centre d'une intrigue très bien ficelée, d'un bout à l'autre de ces neuf heures d'écoute. La mise en scène est d'excellente facture, avec des ambiances de science-fiction qui restent claires (pas si évident quand on n'a que l'audio !) Seul petit bémol : les épisodes centraux connaissent un petit creux, et sont essentiellement des résumés de tout ce qui s'est passé avant (mais pour remonter d'un demi-ton ce bémol, ça permet aussi d'aborder la suite et fin avec l'histoire bien en tête). Un must... encore une fois !

Kak Miortvi Pengvin : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile::
Il m'est difficile de critiquer objectivement cette histoire car elle fut un immense coup de cœur lors de sa découverte. C'est donc ce que je vais donner ici, un coup de cœur pour cette saga au scénario prenant, au jeu d'acteur convaincant et à la réalisation réussie. Et évidemment, mention spéciale pour la musique et l'ambiance générale. Pendant mes écoutes, j'y étais ! La Ligne est également la saga Wagaprod qui me semble la plus facile à réécouter, les parties "radio" me paraissant plus légères.