Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Eté 2012 , n°16

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

Découverte : Buxley

Dire qu’Antoine Rouaud, alias Buxley, est le créateur de Wagaprod, c’est comme dire que Léonard de Vinci a peint la Joconde. C’est d’une part faire une présentation excessivement réductrice d’un travail dont l’importance est reconnue tant pour sa taille que pour sa qualité artistique ; d’autre part, c’est faire l’impasse sur tous les autres talents qu’il possède et avec lesquels il a pu mettre à profit son imagination foisonnante. Tentons de connaître un peu mieux ce mystérieux personnage.

Né en 1979, Antoine découvre le monde du son via Radio Prun’, une radio universitaire nantaise qu’il rejoint en 2000. A l’époque, tout reste à faire dans cette petite structure, qui ne peut émettre que 6 mois par an, en accord avec l’attribution des fréquences édictée par le CSA. Il fait ses premières armes en animant une émission à sketchs qui décortique un mot pioché au hasard. En avril 2000, alors que le droit d’émettre touche à sa fin, et que la réattribution de la fréquence pour l’année suivante est encore incertaine, il fait le pari fou d’organiser une émission marathon : le Prunothon, 65 heures de direct sans interruption, au cours de laquelle les auditeurs sont invités à envoyer des lettres de soutien à la radio. Il en sort épuisé, mais le résultat est là : plus de 3000 personnes ont réclamé le retour de Radio Prun’, demande à laquelle le CSA répondra en allongeant le temps d’émission de 6 à 9 mois.
C’est au cours de cet incroyable exploit radiophonique que mûrit dans son esprit une idée de pièce de théâtre, idée qui deviendra Aussi loin que s’en souviennent les lilas, un feuilleton loufoque peuplé de personnages hauts en couleur qui sera diffusé dès le retour de la radio à la fin de l’année 2000. Ecrivant d'abord à six puis quatre mains, Antoine finit par être le seul auteur de la série, mais il s’entoure de plusieurs acteurs qui, pour certains, retrouveront un rôle dans ses futures créations. Les 27 épisodes sont bien accueillis, tandis qu’Antoine s’implique un peu plus dans la radio en animant une matinale et participant aux flashs infos.

Fort de sa bonne première expérience, Antoine décide de réaliser un autre feuilleton pour la radio nantaise. Suivant les conseils de son directeur d’antenne, il adopte un format plus radiophonique : d’une série de 27 épisodes d’une heure, on passe à 128 épisodes de 5 minutes, diffusé pendant 9 mois à partir de décembre 2001. Mélangeant une passion pour les récits d’aventure tout en voulant adopter un ton plus sombre que précédemment, il crée Les yeux de l’ange bleu, une histoire mêlant action, enquête et ésotérisme dans la période trouble de l’entre-deux-guerres. Le style est proche de celui du film noir, avec un personnage principal désabusé, porté sur l’ironie et légèrement égocentrique. La narration, par la voix du personnage principal, prend une place importante, une constante que l’on retrouvera dans les prochains feuilletons. La forme gagne en crédibilité et un soin plus important apporté à l’ambiance. Ces efforts ne seront pas vains puisqu’en 2003, le feuilleton remporte le Prix de la meilleure fiction radio ; même si, de l’aveu du créateur lui-même, la faible concurrence dans cette section jouera en sa faveur. En parallèle, Antoine continue à faire vivre Radio Prun’, en animant désormais non pas une mais toutes les matinales, et termine l’année en apothéose avec un nouveau Prunothon qui atteint la durée phénoménale de 92h d’émission en continu.

En octobre 2002, Antoine quitte Radio Prun’ pour NRJ, où il intègre la section publicité. En effet, même s’il n’a pas suivi de formation académique aux métiers du son, il a acquis de solides connaissances en s’impliquant énormément au sein de la radio, y passant le plus clair de son temps vers la fin de ces trois saisons. Il ne coupe pas pour autant les ponts avec la radio nantaise, qui diffuse successivement [baefwishes], une saga contant les aventures de petites créatures souterraines du même nom, entre octobre 2002 et mai 2003, puis La Ligne, une série policière se déroulant dans un futur dystopique, entre décembre 2004 et avril 2005. Ce nouvel environnement de travail, plus professionnel que la radio associative, lui donne l’opportunité d’acquérir de nouvelles connaissances et du meilleur matériel qui lui feront gagner en qualité, et lui permettront une fois encore de remporter en 2005 le Prix de la meilleure fiction radio pour La Ligne.
Eden, la dernière œuvre en date d’Antoine a été créée en 2007. Cette dernière création constitue une petite révolution au sein de la Wagaprod. Premièrement, il change complètement son équipe d'acteurs et engage des personnes qu’il a rencontrées dans le cadre de son travail dans la publicité. Deuxièmement, Eden n’a pas pour objectif d'être diffusée en radio, du moins dans un premier temps. N’écartant pas cette possibilité dans le futur, il conserve malgré tout un format radiophonique. Enfin, si ses précédentes créations avaient gardé de près ou de loin un lien avec la société telle que nous la connaissons, Eden nous propulse pour cette nouvelle histoire dans un monde et une époque totalement différente de la nôtre. L’internet s’étant démocratisé depuis longtemps, c’est par ce biais que le feuilleton sera diffusé, et c’est après avoir rassemblé les épisodes de Les yeux de l’ange bleu, [baefwishes] et La Ligne que naît en 2007 le site Wagaprod.fr. En 2012, pour les 5 ans, il lui fait subir une refonte totale et en profite pour mettre en ligne Aussi loin que s’en souviennent les lilas (qu’il avait jusqu’à présent refusé de diffuser, jugeant la qualité trop faible). En parallèle, il s’associe en janvier 2011 avec deux autres créateurs, David Uystpruyst et Jean-Yves Belgiglio, pour fonder Audiodramax, un site destiné à promouvoir leurs créations respectives sur lequel il proposera successivement Eden puis La Ligne.

Et le reste alors ?

Au fur et à mesure qu’il avancera dans la création, Antoine va de plus en plus se pencher sur la composition de ses propres musiques. Si les Aussi loin que s’en souviennent les lilas et Les yeux de l’ange bleu ne contiennent aucune composition originale, [baefwishes] bénéficie d’une bande originale composée par Antonin Vienne (qui travaillait alors dans l’habillage sonore de Radio Prun’) en collaboration avec Antoine. Visiblement satisfait de cette première expérience, il se chargera lui-même de l’écriture de la totalité des musiques de La Ligne puis d’Eden. Selon ses dires, la composition d’une part lui épargne la question des droits d’auteurs, et d’autre part lui donne une plus grande liberté pour créer une ambiance correspondant parfaitement à ce qu’il recherche.
Actuellement , son plus gros projet porte le nom de Le Livre et l’Épée, un roman d’heroic fantasy édité en France par Bragelonne dont le premier tome devrait sortir au printemps 2013. Le livre, fruit d’une longue année de travail après un premier manuscrit refusé, a fait fureur à la Foire du Livre de Francfort (octobre 2011), et tandis que nombre de grands responsables éditoriaux ne cessent d’encenser le nouveau prodige de la fantasy, les droits d’éditions ont été vendus en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Espagne, en Italie et même au Brésil.

Au terme de cette brève présentation, on ne peut qu’être admiratif devant les ressources dont dispose Antoine Rouaud. Il semble pour sa part essayer de noyer la pression causée par ses projets actuels dans d’autres projets, qui pourront toucher autant la saga mp3 que l’écriture, ou peut-être autre chose encore. Après tout, le sait-il lui-même ?
Si vous voulez en savoir plus sur comment Antoine Rouaud travaille sur ses sagas, voici deux reportages tournés par Nantes7 et TéléNantes. Et si vous vous intéressez à son livre, lisez cette interview réalisée en mai dernier par Fantasy.fr.

Xzimnut