Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Mai 2012 , n°19

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

Zoom Sur... La musique online de Pen Of Chaos

Les musiques online de PenOfChaos

Massacrons-nous dans la taverne

MimiRyudo :
Cette chanson country et entraînante vous explique en musique les gestes à suivre pour une soirée de mariage ou d'anniversaire hautement divertissante en terre de Fangh. Elle a reçu le prix Nain du Meilleur Divertissement Sonore, et a été vivement censurée par le Comité Ethique de Protection des Elfes. A l'heure actuelle, il est incompréhensible qu'on continue de faire des chenilles à deux sur Cotton Eyed Joe dans les soirées humaines, quand de telles chansons existent !

Podeste :
Alors ça, ça swingue ! Massacrons-nous dans la taverne est country comme il faut et nous place au beau milieu d'une bagarre dansée dont on chante la chorégraphie. Des elfes, des orcs, qui va l'emporter ? Peu importe, l'important, c'est de se barrer (pour éviter les couteaux des uns et les haches des autres) !

La Compagnie du chien rugissant

MimiRyudo :
Un blues crépusculaire dans un pub irlandais : voilà à quoi me fait penser cette chanson de la pathétique "Compagnie du chien rugissant". Plus poétique et plus sombre que les autres, cette musique-ci récapitule la première quête avortée de cette troupe d'aventuriers débutants. Beau comme un western. Pathétique comme une quête sur la Terre de Fangh.

Fox :
La toute première fois que j'ai écouté cette chanson (COUP DE PUB : disponible dans le CD Machins de tavernes qui est toujours très recommandable !), j'ai été frappé par le fait que le rythme était assez différent par rapport à certaines autres, auxquelles nous sommes plus habitués. Elle est plus calme, plus posée, plus sensible. Nous sentons dans cette complainte toute la détresse de l'équipe d'aventuriers débutants qui pourrait presque nous émouvoir si l'on exceptait la tournure que prennent les événements. Cette chanson est l'une de mes préférées, bien qu'elle ne soit pas souvent jouée, certainement du fait de son manque de festivités.

Mon ancêtre Gurdil

MimiRyudo :
Les nains creusent (le jour), boivent (la nuit et le jour)... mais ils ont aussi des chants traditionnels ! Rythmé, puissant, fier, cette musique va vous entraîner dans une formidable épopée aux côtés de Gurdil, le célèbre Nain qui a côtoyé elfes sylvains et taverniers humains. Entre la mélodie entraînante, l'histoire de Gurdil ou le refrain qui vous restera en tête, je ne sais pas ce qu'il faut donner comme argument principal pour vous inviter à tout prix à découvrir "Mon ancêtre Gurdil"... Allez, disons que c'est pour votre bien.

Fox :
Chaque artiste ou groupe possède généralement un certain stock de chansons : des connues, des moins connues, des mauvaises, des cultes. Force est de constater que Mon ancêtre Gurdil fait partie de cette dernière catégorie. Sortant du lot, cette chanson nous contant les trépidations du célèbre Gurdil avec des elfes, des fées et des humains nous prouve une fois de plus que les membres du peuple des montagnes une fois sortis de leurs petits conforts caverneux ont souvent du mal au niveau relationnel. Le fait que cet air soit aussi apprécié est sans doute dû en partie à son refrain, souvent hurlé par le public. D'ailleurs faut faire gaffe, à un moment ON TAPE PAS !

Troll farceur (version classique et version métal)

MimiRyudo :
L'histoire de cette chanson est complexe. Il s'agit d'une poésie écrite par PoC pour l'encyclopédie Troll Universalis, chantée sur un fond sonore instrumental repris d'une musique composée par T.B.K. du groupe TornaoD, dans lequel jouait PoC. Mais quelqu'un a décidé de piller la mélodie et de la déposer à son compte à la SACEM, ce qui créa évidemment quelques problèmes... PoC réenregistra ensuite une nouvelle version de cette instrumentation, avec une meilleure qualité qu'à l'origine.
Pour rester dans le versant historique, dans l'Encyclonebeuk, Lili la Guerrière explique la création de la recette de l'"Elfe farci aux pommes", qui implique une amour naissante entre deux Ogres et des elfes sachant tirer à l'arc. M'est avis que tout ça que fumisterie légendaire, et qu'en réalité les Trolls ont décidé de manger des elfes, parce qu'ils en avaient sous la main - un peu comme le malheureux narrateur de cette chanson, ami du Troll du Chaos, qui manque de finir dans l'assiette. Le refrain est un peu trop présent, mais il reste plaisant de découvrir une musique mettant en scène la douceur et le raffinement d'une préparation culinaire de troll. A noter que la version métal ajoute encore un peu de finesse à l'ensemble.

Marche barbare

MimiRyudo :
Sous un ciel scintillant d'étoiles, le feu crépite et envoie ses braises vers la calme plaine. Autour de vous, des hommes musculeux au torse huilé chantent de leur voix puissante, en attendant de prier Crôm devant une aile de poulet. Vous n'osez pas leur dire que leur voix est légèrement dissonante, et que l'Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire recommande un brossage quotidien en prévention des caries. De la même façon, quand ils vous racontent les exploits meurtriers des illustres personnages de leur clan, vous ne vous sentez pas le courage de leur demander de mettre des chaussettes - même celles des Nains, qui sont pourtant très bien. Voilà, c'est ça "la marche barbare" : une chanson qui vous projette dans un environnement fort, puissant et hostile. Si vous êtes une fillette, allez plutôt écouter le Nanana de l'Elfe.

Podeste :
Être barbare n'est pas un métier (ou une classe) facile. Il faut être endurant, solide, costaud, mais surtout, il faut connaître par cœur la Marche Barbare. Et quand on a un score minable en Intelligence et en Sagesse, il faut savoir applaudir l'exploit ! L'esprit barbare - raconter des exploits autour d'un bon feu en chantant – passe donc très bien dans cette chanson calme, toute en percussions variées.

A l'aventure compagnons

MimiRyudo :
Entraînante, légèrement stupide comme à l'accoutumée, cette musique raconte les péripéties d'un tranquille villageois empailleur de chaises qui s'improvise aventurier. Mais l'assaut d'un donjon n'est pas toujours si facile... Parue juste après le Troll farceur et l'Elfe farci, cette chanson culte du Donjon de Naheulbeuk a très bien vieilli et reste un must à écouter.

Fan-art Kaamelott

MimiRyudo :
Contrairement aux autres bonus audio, celui-ci n'est pas basé en Terre de Fangh et n'est pas en rapport avec la compagnie des "Fiers de H...", enfin la compagnie...
Il s'agit d'un hommage à la (très bonne) série télévisée Kaamelott, d'Alexandre Astier. Evidemment, ça reste un sympathique fan-art. Toutefois, si la mélodie et l'esprit de cette chanson nous sont familiers, car assez proches des autres créations de Pen Of Chaos, j'ai pris moins de plaisir que d'habitude à l'écoute. En effet, les textes sont moins évidents à comprendre ("tous ces mots, ça fait mal à la tête" dirait le Barbare), et font références à plusieurs épisodes de Kaamelott pêle-mêle, voulant couvrir trop d'évènements et de personnages (contrairement aux autres bonus qui racontent une tranche de vie d'un héros célèbre ou sont des hymnes de cultistes fous...)

Misterfox : Coup de coeur "musique"
Cette chanson, véritable déclaration d'amour à la série Kaamelott, se base sur une chanson évoquée dans un épisode, mais jamais terminée. Pen of Chaos en signe la fin avec beaucoup de talent et d'humour. Un cri du cœur en forme d'hommage, multipliant les références, bien écrit et bien tourné, aux sonorités qui sentent bon le moyen-âge.
L'hommage pose néanmoins le problème du public restreint. A ne pas mettre entre toutes les oreilles : si les fans de Kaamelott s'en délecteront, les autres peuvent en ressortir déçus. N'est-ce pas, cher rédac' chef ? (note de MimiRyudo : j'adore pourtant Kaamelott, mais je n'ai pas tant apprécié... Je n'ai pas encore dû voir assez de saisons ;))

Génériques en version irlandaise / La polka Tom Sawyer / Numbers and bloody letters

MimiRyudo :
Uniquement mélodiques, sans paroles, ces génériques sont repris à la flûte en bois, irish bouzouki et autres instruments à tonalité irlandaise. C'est très sympathique à écouter, et ça peut vous faire rendre compte que dans votre tête, vous avez associé Irlande et Naheulbeuk... Inquiétant, non ?

A la cour d'Edoras

MimiRyudo :
Hard-rock de Metalyscendre qui m'évoque un générique de manga japonais, cette chanson raconte l'histoire d'une Princesse d'Edoras et de ses proches... A l'exception de l'expression "boucliers et lances" reprises très (trop ?) souvent, les textes sont aussi légers que l'instrumentation est pêchue. Ce n'est pas forcément ma tasse de thé, mais j'ai apprécié l'écoute.

Noël en Mordor

MimiRyudo :
Cette douce histoire est contée par une voix féminine mélodieuse, car "du Mordor à la Comté", c'est Noël en Terre du Milieu. Noël - Mordor : bel oxymore, non ? Poétique et délicieuse comme une sucrerie, "Noël en Mordor" est une jolie et intelligente chanson inspirée par Le Seigneur des Anneaux, aux textes gentillets... jusqu'au bout ? A vous de le découvrir.