Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Novembre 2011 , n°17

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

Zoom sur... XLE

XLE

Présentation de la saga

Comme Bilbo Baggins rencontrant Gandalf, Luke Skywalker rencontrant R2D2, Thomas Anderson et Alice leur lapin blanc, le héros de X.L.E., Greg, fait une rencontre qui lui ouvrira les yeux sur le monde dans lequel il vit... Science-fiction, aventure, extra-terrestre et résistance sont au menu de cette saga garantie sans sabre laser et sans pilule rouge.
Lancée en avril 2010, X.L.E. est la deuxième saga d'Horine (Batteur fou à l'époque), sept mois après le début de Gueri Eros. Il y joue tous les rôles de cette saga à l'exception de Jennifer, interprétée par son actrice fétiche : Istria.

Recommandée peu de temps après la diffusion de l'épisode 3.5 sur MacP3.info, X.L.E. se retrouve de façon très naturelle dans les pages de notre Zoom, après 8 épisodes et 2 bonus de qualité.

MimiRyudo

Critique de la saga

Ce qu'il faut savoir c'est qu'X.L.E est une saga mp3 de science-fiction dont le premier épisode vit le jour en 2010.

Avec une ouverture digne des films hollywoodiens, Horine nous dévoile d’emblée ses couleurs. La saga se présente comme un « thriller » futuriste qui rappelle étrangement le film « Matrix » : une conspiration qui s’étend sur l’échelle planétaire, un héros plongé malgré lui dans les fils d’une organisation de résistance, des reptiliens lopariens, des mayas ! Parce qu’X.L.E. a aussi un côté science-fiction (comme à peu près tout ce qui est futuriste) assez prononcé.
Ponctuée de légères touches d’humour, la saga reste plus sérieuse dans les textes, comme dans l’histoire (je ne sais pas pourquoi toutes les sagas qu’on me fait écouter sont sérieuses, peut-être que c’est mon sens de l’humour qui a un problème ?). On y retrouve la peur, les larmes, la mort de l’être aimée et la vengeance, bref, quand on écoute cette saga, ce n’est pas pour s’exploser le diaphragme de rire, c’est pour se divertir, comme lorsqu’on va au cinéma. Le style est intéressant, je n’avais pas encore rencontré de saga qui se rattachait au cinéma hollywoodien, donc à l’écoute on a tout de suite une impression de fraîcheur qui est parfois rare dans l’univers de la sagasphère.

Les personnages sont assez génériques, le héros Greg, comme mentionné plus haut, qui rappelle beaucoup Eo de Matrick, la Matruc (de Mitch DSM); le « love interest » - soit, l’objet de l’amour du héros qui va le soutenir dans sa quête - Jennifer qui viendra l’aider, guidée par son amour pour lui; Clarifaï, qui est aussi amoureuse du héros et qui fait office de Cris d’ET (encore une fois de Matrick). Je fais office d’un peu de mauvaise foi, car on retrouve certains personnages qui semblent moins recyclés tels que Sam, le grand amateur de complots et conspirations gouvernementales, ou Zoldaï le loparien (je ne vous spoilerai pas tout sur lui, quand même).

Niveau technique, rien de bien intéressant à dire. La qualité est assez bonne pour permettre une écoute agréable, mais pas assez spectaculaire pour que j’écrive 1000 mots à son sujets. Parlons peu, parlons bien : les bruitages sont bien choisis, les voix sont audibles, les répliques ne se chevauchent pas, la musique est correcte et ne nous assomme pas. Le mieux pour juger, c’est de tester par soi-même non ?

Les acteurs sont corrects, leur jeu est bon, sans plus, assez pour nous faire apprécier l’écoute même si on a pas forcément envie de se retaper les épisodes vingt fois par jours, comme j’ai dû le faire. (On voit que ma critique est très objective !) Le niveau de jeu d’Horine, notamment, m’a semblé meilleur que dans les précédentes sagas dans lequel il prêtait sa voix qui m’ont été donné d’écouter. On peut donc dire que j’ai aussi été agréablement surprise. Istria, qui interprète Jennifer, m’a aussi donné une bonne impression sans me marquer spécialement.

En résumé : une saga qui se veut plus comme un « thriller » américain que comme une histoire humoristique, genre déjà très répandu dans la sagasphère, donc un changement intéressant jusqu’à maintenant ; une technique du son correct et un ensemble bruitage-musique bien exploité ; et des acteurs dont le niveau est assez bon pour que la saga soit « écoutable ». Donc pour les auditeurs qui souhaitent un petit vent de changement, vous trouverez le lien dans ce numéro.

Scénario : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile12:: ::etoile0::

Jeu d'acteur : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0:: ::etoile0::

Réalisation : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0::

Caroth

Avis de la rédaction

Kak Miortvi Pengvin : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile12:: ::etoile0::
X.L.E. ne fait pas partie des sagas parfaites. Mais la réalisation plutôt réussie devrait vous permettre d'accrocher à un ensemble pas mauvais du tout.

Asmoth : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0::
Les quelques menus défauts techniques n'entâchent pas une intrigue bien ficellée. La narration est bien pensée, les éléments distillés peu à peu et l'ensemble demeure efficace. Un bon moment à passer, qui trace en filigrane le début d'une saison 2 prometteuse.

Waïl Kinderstein : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile12:: ::etoile0::
Si l'intrigue principale souffre d'une introduction très moyenne, il suffit de l'accepter comme telle et le reste de la saga est bon.