Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Octobre 2011 , n°16

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

Zoom sur... Pokemon : L'Arche de la Victoire

Pokemon : L'arche de Victoire

Présentation de la saga

Pokémon, l’Arche de la Victoire est comme son nom l’indique une saga relatant une histoire située dans l’univers Pokémon, première version (avec les seuls cent cinquante-et-un premiers bestiaux du lot), créée par Diwan en Février 2011.

Elle narre les aventures de Grégoire, jeune dresseur qui tel son homologue Sacha parcourt sa région pour gagner ses galons de dresseur Pokémon, et finira par s’inscrire au tournoi de l’Arche, rendez-vous compétitif pour dresseurs.
Cette saga possède une petite particularité : elle a été diffusée dès son premier épisode sur le site spécialisé Pokébip, où elle a reçu un accueil, sinon favorable, du moins animé, et différent de la « sagasphère générale » ou même de la « matière noire ». Pour preuve, les nombreux commentaires se plaignant d’un bug de leur navigateur, qui les empêchait de « voir les images ».

Critique de la saga

Scénario : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile12::

D’un point de vue scénaristique, on a reproché des similitudes un poil trop flagrantes entre le début des aventures de Sacha et de celles de Grégoire : un neveu du professeur en conflit avec le héros, un Pokémon qui refuse la Pokéball parce que ça ne lui va pas au teint, une Team Rocket trop calquée sur l’originale.

Cependant, celles-ci s’atténuent petit à petit devant la matière apportée par Diwan.

Outre les détails amusants mais bien intégrés (la centrale Pikachu ou le traducteur Pokémon pour ne citer qu’eux), de petites pointes viennent piquer ces absurdités auxquelles on ne prêtait pas attention, enfant (« Pourquoiiiiiii est-ce qu’il y a un grand pont de roche au milieu de la forêt ? »… A part pour servir de ressort scénaristique ?).
Les Pokémons eux-mêmes possèdent plus de caractère que dans la série originale ; tous les compagnons de Grégoire entretiennent des buts bien précis dans la vie. Devenir plus fort, s’exiler d’un milieu hostile, séduire un Goupix ou, pour le plus petit, la baston contre n’importe quoi.

Ceci dit, gare : si l’Arche de la Victoire est une saga gentillette parfaitement présentable à un enfant, il existe de grands risques de questions gênantes* de la part du jeune auditeur. Epargnez-vous donc cette épreuve. Surtout si vous ne désirez pas faire de votre jardin la future arène pour tournois de coqs de combat organisés par votre progéniture**.

Jeu d'acteur : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0::

Un moment de délice. Pour les acteurs. Istria, la seule, l’unique (voire même pour les médisants « l’omniprésente »), cabotine à fond dans son rôle récurent de Jane : normal, la Team Rocket de Diwan est aussi hystérique que la vraie. Si vous ne supportiez déjà plus le jeu des doubleurs de Pokémon, prenez votre oreille-du-second-degré pour savourer l’Arche de Victoire : l’ambiance y est respectée.

Réalisation : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0::

Tout à fait correcte pour l’amateur***, elle donne un produit final audible et non agressif pour les âmes sensibles.
L’Arche de la Victoire a quatre épisodes sortis sur huit de prévus à l’heure de la rédaction de cet article. Nous arrivons dans un rendez-vous du monde Pokémon, le tournoi de dresseurs, là où les pauvres bêtes mutantes se jettent l’une contre l’autre jusqu’à ce que mort s’ensuive. Faisons confiance à Diwan pour poursuivre cette aventure avec le même rythme et le même petit grain de malice qui a fait la matière des débuts.

@now@n

* « Papa, comment ça montre que c’est amoureux, un Pokémon chien ? Papa, c’est où le sexe des Voltorbes ? Papa, pourquoi Grégoire et Arnaud éprouvent-ils le besoin de se mépriser alors qu’ils pourraient entretenir des relations purement indifférentes ? »
** MagP3 ne cautionne pas les opinions de la rédactrice selon lesquelles l’univers Pokémon encourage les combats d’animaux. Merci de votre attention.
*** MagP3 tient à signaler que la rédactrice possède une oreille binaire, qui passe ou casse, ce qui l’empêche de développer la critique technique autant que nous le souhaiterions.

Avis de la rédaction

Kak Miortvi Pengvin : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile::
Le moment où j'ai découvert cette saga a probablement aidé mais j'ai vraiment eu un très gros coup de cœur pour le travail de Diwan en l'écoutant. Sur le même canevas que celui du dessin animé, l'auteur brode une nouvelle histoire pas tout à fait originale du fait de l'adaptation voulue mais il le fait très bien. Techniquement soignée, très bien jouée et facile à suivre pour ceux qui ne connaissent que très moyennement l'univers Pokemon. A écouter et ré-écouter absolument.

Caroth : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile12:: ::etoile0::
Une bonne adaptation du monde de Pokémon dans l'univers de la saga mp3. L’histoire suit le scénario original de la série de très près, mais étant une parodie, ce n’est pas surprenant. Au niveau du jeu d’acteur, je n’ai pas de reproches à faire, le travail est là, mais rien de notable. J’ai pu découvrir Istria que je n'avais encore jamais entendue, donc une découverte pour moi. La saga m’a fait sourire, mais pas de grands fous rires. Du potentiel, cependant, une distraction agréable et légère pour écouter en sirotant une limonade durant les vacances. (J’ai bien aimé entendre Diwan imiter le chétiflor, je ne m'en lasse pas.)

MimiRyudo : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0::
Une saga sympathique et rafraîchissante, sur l'univers bien connu des Pokémon. L'histoire n'est plus si originale, mais elle est bien adaptée ; on pourra juste regretter un léger manque de sensations à l'écoute des trois premiers épisodes. Le jeu d'acteur est très bon, particulièrement la Team Rocket (aussi looseuse qu'à son habitude), et aux Pokémon eux-mêmes. La réalisation est particulièrement bien aérée, ce qui ajoute encore à l'impression de légèreté de cette saga. A découvrir, et assurément à suivre !