Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Avril 2011 , n°14

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

Zoom sur... Le concours de la Saga de l'Été (2010) 1/2

Medievil Redemption (Melfice)

Avec Medievil Redemption, Melfice737 nous fait découvrir (redécouvrir ?) un univers médiéval fantastique, ou le héros est un chevalier revenu d'entre les morts pour battre une seconde fois le nécromancien Zarroc. Le problème est que Sir Daniel Fortpoisse n'est pas en très bon état. En plus, il est muet ! Comment faire une saga mp3 dans ce cas ? Avec un narrateur motivé bien sûr ! Ou pas (motivé).

Cette saga est assez sympathique. C'est Melfice à la réalisation, donc on peut s'attendre à de la qualité sur le mixage et le scénario, qui ne reprend pas du tout l'histoire du jeu original, Medievil, mais qui s'inspire des personnages phares. Les épisodes s'enchaînent assez vite et l'humour marche assez bien la plupart du temps. Il y a des hauts (je ne retiendrais que le passage Pokémon vers la fin de la saga qui m'a littéralement plié de rire) et des bas (c'est pas facile d'être drôle tout le temps) mais globalement c'est plus que correct.

Cependant, le narrateur qui doit se faire le dialogue Sir Daniel - Narrateur à lui tout seul, c'est parfois troublant. De même, quand Istria commence à intervenir, on sens une différence de punch. Un peu de surjeu de la part d'Istria ? Peut-être. Ou alors, c'est autre chose... Quand Héraklès arrive, on a aussi une légère impression d'avoir un peu les mêmes voix plusieurs fois mais ce n'est pas scandaleux.

Pas la saga de l'été, mais une saga avec de la qualité et des idées, à écouter quand on a une envie de nouveauté. De même, le petit crossover avec Dark Rooms m'a pas mal fait rire. Je vous la conseille, ne serait-ce que pour se faire un avis.

Note Globale : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile1/2:: ::etoile0::

Podeste

Dragon's Flair (Horine, alias Batteur fou au moment de la création)

Dragon’s flair est la saga de l’été 2010 de Batteur Fou. Elle s’inspire du manga Fairy Tale, mais ne reprend pas exactement l’histoire ce qui fait que l’on peut l’écouter sans connaître préalablement le manga, ce qui fut mon cas.

On va commencer avec les points positifs : l’histoire est vraiment sympa, même si ça peut paraître un peu classique. Les voix des personnages sont sympathiques, et le jeu d’acteur est satisfaisant, mais la voix du narrateur, intervenant assez souvent, est assez peu différenciée. Elle intervient assez souvent parce que l’univers est très, voire trop, riche à décrire pendant la durée de la saga. L’événement autour duquel se tourne la saga conviendra à peu près au format d’une demi-heure, mais on sent que des choses un peu plus complexes pourraient se cacher et on reste un poil sur sa faim. Je rajouterais juste aussi quelques enchaînements assez peu naturels, mais vraiment ça se laisse bien écouter.

Pour résumer : histoire simple, quelques défauts techniques, univers peu développé. Mais ça peut s’arranger ! En effet, Horine (anciennement Batteur fou) nous prépare une saison 2. Espérons que ça dépote !

Note Globale : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile1/2:: ::etoile0::

Podeste

Calydon : Prémisses (Dychollin et Hikaru Shindo)

Calydon : Prémisses est une saga sérieuse contant la création de la ville de Calydon à travers les mémoires de Sagin, fondateur de la cité, de quelques habitants et de son fidèle disciple, récupérés par un amateur d’histoire voulant résoudre tous les détails concernant cette cité.

Comme ça, ça s’annonce pas trop mal comme idée de base. Le fait de raconter, narrer une histoire (ou plutôt lire des mémoires) puis de basculer sur la vraie scène, décrite en audio, est vraiment très bien réalisé et on se plonge immédiatement dans ce sombre mythe qu’est la fondation de Calydon. À part juste un moment où, si l’on a pas bien retenu les voix, on se demande si c’est les mémoires ou les historiens qui parlent, la narration est très immersive.
Le scénario classique, presque cliché, de cette saga n’enlève rien à sa saveur : même si, ensuite, on peut se dire « fallait s’y attendre », on est tellement plongé dans l’histoire qu’on ne voit pas forcément (moi, je la voyais, mais je suis habitué aussi…) le dénouement arriver. Cette saga serait alors parfaite ?

Peut-être pas jusque là (relativisons quand même), mais c’est vraiment une excellente histoire, bien racontée

Note Globale : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile1/2::

Podeste

Futile Future: Origins (Richoult)

En 2036, Le Netophonix (transposition du forum du même nom en entreprise de création de sagas MP3, voir ici) tombe sous le coup d'un putch de Melfice. Richoult semble être le seul à s'être rendu compte de la machination, et monte alors un dossier dans le but de compromettre le dictateur. Mais il est découvert, et s'entame alors une course poursuite haletante, sur fond de voyages temporels.

Futile Future: Origins est une saga au scénario bien pensé. En effet, comme le laisse présager le thème de voyages temporels, rien n'est laissé au hasard. Le scénario est palpitant, et jusqu'au dernier épisode, on essaie de recoller les deux bouts. Néanmoins, on reste déçu par la fin, qui n'apporte finalement que peu de réponses. Car comme l'indique le titre, cette saga se déroule avant les deux premières saisons de Futile Future. Et bien qu'il ne soit pas indispensable de les écouter pour comprendre l'intrigue, on sent que ça peut apporter un réel plus. Et c'est dommage, car le principe de la Saga de l'été est de construire une saga qui se suffit à elle même. L'autre particularité du scénario, c'est qu'il trempe dans la culture Sagasphérique et particulièrement netophonixienne. Ainsi, le membre habitué de la communauté appréciera les références multiples, tandis que l'auditeur occasionnel passera à côté de beaucoup de choses.
Côté technique, quelques incohérences de mixage, comme un rasta qui marche avec des talonnettes, des bruitages parfois coupés net, ou un Richoult qui court tout en parlant à un homme déjà loin sur un ton normal, nuisent à l'immersion. Les prises de son sont parfois perfectibles, et la voix du futur est parfois peu compréhensible, quoique ce dernier détail est peut-être voulu dans la mise en scène. La bataille à coup d'armures bioniques est également un peu floue, mais il y a de bonnes idées quand à sa mise en scène. On retiendra également certaines musiques jouées seules trop longtemps, provocant une lassitude chez l'auditeur. Le reste de la bande son est discrète et bien choisie.
Le jeu d'acteur est assez inégal, sans trop entacher le reste. La narration est omniprésente dans la saga, et c'est une bonne idée. Mais son interprétation est hélas parfois un peu maladroite.

On retiendra de Futile Future: Origins une saga à l'intrigue prenante, à l'interprétation plutôt réussie, et dont la technique soignée laisse transpirer quelques erreurs notables.

Note Globale : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0:: ::etoile0::

Asmoth