Retour à MacP3 Autres numéros MagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Novembre 2009 , n°11

 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

Zoom sur... Isendil et Calmcacil

Critique

Yolan est à mis chemin entre on ne sait pas trop quoi et on ne sait pas trop quoi d'autre. Clairement heroic-fantaisiste, la saga se base sur un concept encore classique dans le phénomène mp3 à l’époque : l’engueulade de groupe. Au début, nous avons uniquement affaire aux querelles fraternelles entre Yolan et Linwë, mais par la suite, le groupe aura du mal à gérer la présence d’un homme, d’une mage hobbite et de deux nains. Les disputes sont donc fréquentes et il n’est pas rare de voir les chamailleries s’étirer et trainer en longueur.

La saga se veut tout de même originale dans sa longue introduction : il faudra attendre l’épisode 7 avant de voir le groupe s’avancer légèrement vers l’aventure. Introduction longue aussi pour les personnages : jusqu’à l’épisode 5, il n’est question que des deux frères elfes. Ce n’est que par après qu’arrivent les autres protagonistes, qui prennent leur temps pour se présenter (ils arrivent en deux vagues de surcroît, ce qui nous change des habituelles « présentation de la compagnie en un épisode de 3 minutes »). Une présentation de groupe qui ravira ceux en quête d’originalité.

Parlons à présent de ce qui touche d’avantage aux oreilles : le son. Les premiers épisodes sont assez mous : on y trouve parfois des blancs assez désagréables et un jeu d’acteur assez peu convaincant sur les bords. Heureusement, ça s’améliore : le rythme s’accélère (au détriment de notre cerveau qui, même s’il connaît les voix de Yolan et Linwë, doit se familiariser avec les quatre autres héros une fois le groupe au complet) et le jeu d’acteur progresse, même s’il reste quelques intonations mystérieuses.

Niveau qualité sonore, disons qu’il y a à boire et à manger. Parfois nous avons droit à des fonds sonores inexistants, parfois on nous offre un paysage sonore bien garni (exemple : les héros sont dehors et un gars sort de la taverne ; la musique et les rumeurs s’amplifient le temps que la porte s’ouvre puis se referme). Les bruitages, malheureusement, sont inadéquats : trop forts, trop violents, de mauvaise qualité. Avouons-le, c’est pas le top. Pas mal de voix sont assez pitchées (prenons celle de Linwë, par exemple) et quelques pops traînent par-ci par-là.

En bref : un son qui ne casse pas trois pattes à un canard, un jeu d'acteur correct et, surtout, un texte fort plaisant. Cela tombe d’ailleurs fort bien ! La progression des épisodes est, certes, figée à jamais, mais nous disposons tout de même de plus de textes (jusqu’à l’épisode 20 !) De quoi passer un bon moment de lecture, même si vous aimez le résultat audio.

Texte : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0::
L’engueulade de groupe, en veux-tu ? En voilà ! Mais n’oublions pas que la saga a été écrite en 2004-2005 ! A cette époque, peu de sagas déviaient de ce style.

Scénario : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile1/2::
Le début de l’histoire s’amorce bien et l’ambiance est sympa. On s’attache aux personnages, que demander de plus ?

Jeu d’acteur : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile1/2:: ::etoile0:: ::etoile0::
Il s’améliore mais une chose blesse continuellement : l’articulation !

Son : ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0:: ::etoile0::
La qualité sonore est assez pâteuse, mais ça reste écoutable.

Melfice737

Avis de la rédaction

Mimiryudo: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0::
Point trop d'humour ni d'action dans le fond, une très bonne qualité sans être exceptionnelle, mais une saga-conte qui se démarque des autres pour une raison indescriptible (jeu d'acteur vraiment très crédible, musiques douces, histoire à tiroir ?).

Waïl Kinderstein: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0::
Une intrigue directement complexe et une fin qui est une relance sur le schéma du groupe cheminant vers un but : intéressant. Des bruitages bien choisis ou mal adaptés. La délicatesse des Elfines est réduite à néant par Linwë mangeant des lambas. Coup de cœur personnel.

Kak Miortvi Pengvin: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile:: ::etoile0::
Voilà une bonne saga comme j'aimerais en voir souvent. Un univers med-fan crédible, un bonne technique, des voix typées mais suffisamment variées. Bref, un très bon travail.