Retour à MacP3Autres numérosMagP3 ⋅ La Tribune de la Sagasphère ⋅ Mars 2008, n°1
 

MacP3

La Tribune de la Sagasphère

Sommaire...

Vous êtes à la page 2.

Tribune

La Sagasphère est-elle trop fermée sur elle-même ?

Tout a commencé fin janvier sur le forum Netophonix, par un message de Condé : « La Sagasphère est-elle trop fermée sur elle-même ? »*. Ce qu’il ne savait peut être pas, c’est qu’il venait ainsi de déclencher l’un des plus passionnants débats du forum, où seront posés plusieurs sujets déterminants pour l’avenir de la Sagasphère. Plongez au cœur d’une impressionnante confrontation d’idées...

En premier lieu, le message que Condé voulait faire passer était celui-ci : « les Créateurs de la Sagasphère seraient trop influencés par la communauté Netophonixienne », entre autres. Ainsi, de nombreuses créations deviendraient « de gros délires que seuls les membres du Neto peuvent comprendre ».

Cependant, plusieurs membres ont tempéré cette constatation, comme Blast, signalant que les private jokes sont normales dans toute communauté à l'exemple « de la Pléiade aux Copains de Brassens ». Il serait donc inutile de s’inquiéter. De plus, il évoque l’idée d’une Sagasphère « à la fois fermée et ouverte ». En effet, son seul support est Internet, elle ne pourrait donc atteindre qu’un public restreint. L’autre aspect du problème est, selon lui, que la communauté est constituée en grande partie d’amateurs qui se regroupent pour échanger des informations, des nouvelles et du savoir-faire, ce qui provoque un repli de la Sagasphère sur elle-même. Mais ce repli, toujours selon Blast, ne serait qu’un prélude à une expansion.

Le deuxième point abordé concerne l’évolution de la sagasphère dans les prochaines années, voire les prochains mois. En effet, beaucoup de Netosfeurs, comme Ivydoubs, Spikly ou Blast, prévoient l’élargissement d’un fossé entre deux types de sagas : celles réalisées par délire plus qu’autre chose, pour ses amis par exemple, et celles visant non seulement à faire rire les auditeurs, mais aussi à les faire réfléchir, rêver, faire passer un message, etc... Ceci amène donc logiquement une question existentielle récurrente : pourquoi créer ? Vaste sujet, qui pourrait très bien faire l’objet d’un examen de philosophie. C’est pourquoi nous ne l’approfondirons pas plus. Ce qui est sûr, c’est que pratiquement tout le monde est d’accord sur l’évolution prochaine de la Sagasphère : à savoir cet élargissement d’un fossé, en grande partie franchissable notamment pour les Créateurs en herbe grâce à l'aide de la communauté de Netophonix, dixit Blast.

Ce phénomène est également très lié à l’augmentation du nombre de Sagas MP3. En effet, certains créateurs, comme Le Mago, craignent que les sagas de qualité mais peu connues soient noyées dans la masse des autres créations. Ils redoutent que le « noyau dur », la Sagasphère actuelle, soit fragilisé par l’arrivée en masse de nouvelles sagas, et que les auditeurs se concentrent sur les plus célèbres, les « valeurs sûres », en quelque sorte.

Cependant, d’autres Créateurs sont plus optimistes : Blast, par exemple, a fait remarquer que nous sommes acteurs de l’évolution de la sagasphère, et non spectateurs. C’est un point très positif, selon lui. Spikly, enchérit dans ce sens en expliquant que que ce « noyau dur » actif met en place de nouveaux outils, en citant entre autre le futur Label N, qui devraient permettre de détecter les talents, les perles et les productions de qualité.

Une autre orientation prise par le débat est l’image de la Sagasphère vis-à-vis du grand public. En effet, l’avis général semble être que les grandes sagas actuelles ne peuvent pas toucher les masses, comme l’a exprimé Signez : Le Donjon de Naheulbeuk et Reflets d’Acide, pour ne citer que les plus populaires dans la Sagasphère. Celles-ci prendraient place dans un univers trop particulier, celui du jeu de rôle. Cependant, selon Mitch_dsm, il serait possible d’attirer l’attention de pôles proches de la Sagasphère, comme le pôle cyber-ludique ou vidéo-ludique. Pour cela, les Créateurs doivent réussir à éveiller l’intérêt de ces « sphères voisines », et doivent maintenir cet intérêt par la qualité de leurs créations. Sur ce point, Mitch_dsm est optimiste : la qualité globale des créations s’améliorerait, lentement mais sûrement. A plus long terme, il pense que les Créateurs doivent convaincre les gens que les sagas MP3 sont une réelle alternative aux livres et aux films. Selon Schnouk, ce support a pour avantage de garder le rythme des films, en le combinant avec les possibilités d’imagination des livres. Voilà qui devrait pouvoir intéresser le grand public dans le futur.

Enfin, la dernière orientation du débat, mais non la moindre, a été très largement développée par Schnouk. En effet, celui-ci a pointé du doigt, pendant toute la deuxième partie du débat, des schémas et codes trop récurrents dans les Sagas MP3. Son argumentation a donné lieu à de nombreuses incompréhensions ou méprises, et pour cause : c’était la première fois que ce problème était évoqué sérieusement. Selon Schnouk, certains schémas s’imposeraient d’emblée à tout apprenti créateur : ces codes viendraient tout droit du Donjon de Naheulbeuk.

Schnouk a identifié les plus évidents : le tiercé Contexte, Quêtes et Aventuriers, ou encore le cliché du « groupe qui s’engueule tout le temps ». Il a également soutenu que ce genre de schémas s’impose automatiquement aux créateurs, et ce, à tous les niveaux : humour, scénario, procédé narratif, etc... Le terme même de Saga MP3 connoterait l’utilisation de ces schémas récurrents, et les créateurs, pour la plupart, n’imagineraient même pas la Saga MP3 autrement que structurée par ces codes. Signez leur a d’ailleurs rapidement trouvé un nom, ou plus précisément un acronyme : SOCQATOA, pour Structure Ordinaire Contexte-Quête-Aventuriers des Théâtrales Œuvres Audio. En version courte, on utilise SOC, Structure Ordinaires des Créations.

Les SOC provoqueraient donc un repli de la Sagasphère sur elle-même, et feraient perdre toute crédibilité aux Sagas MP3 : Un auditeur non initié serait rebuté par ces codes. Du coup, les œuvres « boitent si on les prend en dehors du contexte sagasphèrique ». On peut toujours facilement différencier une Saga MP3 d’une œuvre audio totalement indépendante de la Sagasphère, selon Schnouk. Ce ne serait pas la seule conséquence de l’influence des SOC sur les Créateurs : elle causerait également un manque de richesse et de diversité des Sagas MP3. La solution proposée est alors de prendre du recul par rapport au terme Saga MP3, et de laisser les SOC de côté, en attendant d’éventuelles structures de base plus réfléchies et plus à même de valoriser l’image de la Sagasphère : « Faisons sauter les barrières qui se sont créées toutes seules ».

Toutefois, certains Créateurs pensent que les choses vont changer d’elles-mêmes, comme en témoignent les nombreux projets de Sagas épiques par exemple, ou de registres peu exploités jusqu’à présent.

Ce débat a ainsi permis aux Créateurs de s’exprimer sur de nombreux sujets d’importance pour le futur de la communauté. Une chose est certaine : la Sagasphère va évoluer en profondeur, et peut-être l’avenir nous réserve-t-il des surprises...

Simontheb

* Voir aussi : le sujet original sur le Netophorum.